C’était la der de Marie à la Maiz’on

LE SENTIER – Six ans. Cela faisait 6 ans qu’on voyait Marie derrière le bar de la Maiz’on, et le vendredi 7 juillet dernier, et «beaucoup d’hectolitres plus tard», elle tirait sa révérence pour voguer vers d’autres horizons. Pour l’occasion, un peu spéciale, la maison offrait des verres à ses habitués et aux autres aussi.

Avec cet établissement, Marie Mouquin a su se faire un prénom, ce n’est plus seulement «la fille de» c’est juste Marie. C’est à la suite «d’un apéro un peu trop arrosé» que l’envie d’ouvrir «un truc pour les jeunes dans un endroit sympathique» lui vint. En compagnie de Luc Meylan, elle ouvre la Maiz’on, lui offrant ainsi une belle occasion pour la Combière exilée de revenir à La Vallée. «C’était un chouette retour à La Vallée, ce bistro m’a fait devenir quelqu’un! Je ne pensais pas revenir, je suis très citadine et j’ai rencontré ici plein de monde super chouette, et même des gens surprenants! J’ai eu l’occasion de redécouvrir des gens, des frontaliers par exemple! Il y a une belle mixité franco-suisse, malgré ce que l’on peut penser. Ils pourraient rentrer chez eux après le travail mais non, ils viennent chez nous, c’est super!» dit-elle très émue. «C’est une belle expérience, j’ai adoré faire ça. C’est un bon coup de tranche de vie qui s’achève! Mais pour la famille et mes enfants, les horaires décalés… je n’avais pas envie de me réveiller à leurs 18 ans et de ne pas les avoir vu grandir!»

Son associé, Luc Meylan, accuse le coup même s’il «savait dès le départ qu’elle n’allait pas rester jusqu’à sa retraite avec moi! Je ne me réjouis pas trop de me retrouver seul» dit-il. «Je suis ému aussi et ça va être dur dans le futur, il y a une part d’inconnu qui va me tomber dessus, surtout administrativement parlant (…) c’est la fin d’une collaboration et je n’en garde que du bon. On perd un peu la maman du bistro, on se sent un peu orphelin… mais l’équipe est motivée, une personne arrive pour remplacer Marie au service et on va essayer de continuer les events, avec plus de petits concerts, relancer les dégustations de vin, on va essayer de nouvelles choses, on a de quoi faire!»

Les «events» justement, c’est ce en quoi Marie excellait dixit les habitués «c’était innovant, ils donnaient une grande dynamique au lieu… On sentait l’intérêt de Marie de faire plaisir aux gens: la tombola, l’Apet’lon ou même le baby-foot humain, c’était mythique!» confie Olivier «c’est une page qui se tourne». Alexandre, Gilbert et Fabien sont unanimes «c’est quelqu’un de très avenant et humain, toujours de bonne humeur! La Maiz’on ne sera plus tout à fait la même! Même les desserts à midi sont magnifiques!». Yves se confie «Marie est une personne très joviale, toujours le sourire aux lèvres, très sympathique, qui aime sa clientèle qui le lui rend bien! Elle restera l’âme de la Maiz’on mais on ne va pas arrêter de venir!»

Alors on lui souhaite bon vent dans ses nouvelles aventures, en relation avec les enfants! Elle reviendra «boire des coups mais cette fois-ci, du bon côté du bar!»

Carmen Mora

Marie et ses garçons, habitués de la Maiz’on!

C’est la fête à la grande duduche!

Ajouter un commentaire