MESSAGE DE LA SEMAINE

Nous ne nous rendons pas toujours compte que de simples objets peuvent nous faciliter la vie. Prenons par exemple une poignée. Une poignée sans porte, ça ne sert à rien. Mais une porte sans poignée, c’est plus dur à ouvrir. Nous franchissons un certain nombre de portes par jour; pour passer d’une pièce à l’autre, pour sortir de chez soi ou aller au jardin, pour entrer dans sa voiture.

Chaque fois, nous entrons dans un nouvel espace que nous connaissons ou non. Chaque fois aussi et sans toujours le réaliser, nous appuyons sur une poignée.

Cette année, nous fêtons les 500 ans de la Réforme. Un événement qui a marqué nos régions et notre culture. Et une des caractéristiques des Réformateurs, c’est l’importance qu’ils ont donné à la Bible.

Peut-être que finalement, la Bible c’est un peu comme une poignée. On n’y pense pas tous les jours; peut-être même jamais; mais sa lecture peut ouvrir de nouvelles perspectives dans nos vies parce qu’elle nous parle de Dieu et de son amour pour nous.

Dans l’Evangile de Jean, Jésus dit: «Je suis la porte». Oser toucher la poignée d’une nouvelle porte… le défi fait la joie de tous les explorateurs.

Noémie Steffen, pasteure

Le commentaires sont fermés.