Politique – Pour en finir avec la hausse des primes d’assurance-maladie!

Les primes d’assurance-maladie continuent d’augmenter de manière plus importante que les coûts de la santé. Cela est dû au système de santé actuel, qui présente plusieurs problèmes.

Parmi les aspects problématiques, l’opacité du système ne permet pas de savoir comment les coûts entre assuré-e-s des diff érents Cantons sont distribués par les caisses. Le fait que les assureurs couvrent plusieurs cantons rend difficile de savoir si les habitant-e-s d’un canton payent effectivement leurs coûts ou aussi ceux d’autres cantons, comme cela a été mis en évidence par le passé avec les Cantons latins qui ont payé des primes en plus pour ne pas faire augmenter de manière trop importante les primes d’autres cantons. Cela rend vains les efforts de contrôle des coûts et représente surtout une injustice criante. De plus, la nécessité pour les caisses d’assurance-maladie de constituer des réserves pour chaque nouvelle et nouveau assuré-e a comme conséquence que des sommes énormes dorment dans leurs poches. Ainsi, les assureurs peuvent, via des systèmes de comptabilité douteuse entre l’assurance de base et les complémentaires, utiliser cet argent pour des placements qui ne profitent qu’aux actionnaires et pas aux assuré-e-s.

Parallèlement, tout changement dans le système est entravé par l’influence des assureurs sur les élu-e-s à Berne. Un nombre important de nos élu-e-s siège dans le conseil d’administration d’une ou plusieurs assurances, dans des institutions privées qui travaillent pour celles-ci ou reçoit de l’argent ou autre rétribution des caisses pour des mandats divers.

Puisque les assurances-maladie remplissent un mandat public, le conflit d’intérêts est évident. Comme pour les régies fédérales, les élu-e-s ne devraient pas avoir des liens d’intérêt avec les assurances-maladie. Deux initiatives populaires fédérales peuvent changer cela!

L’initiative «Assurance-maladie. Pour une liberté d’organisation des cantons» vise à donner la liberté aux Cantons de créer (ou pas) une institution cantonale d’assurance-maladie. Quelques avantages:

• Une seule et même prime à tous les assurés de la région selon le modèle d’assurance et la franchise qu’ils choisissent: fini la chasse aux bons risques!

• Les assureurs continuent à effectuer le travail administratif: aucun licenciement n’est nécessaire. Et l’assuré pourra continuer à choisir sa caisse!

• Les réserves de tous les assureurs sont mises dans un pot commun: moins de réserves et les assurés profitent de cet excédent durant les premières années de fonctionnement.

• Les primes ne pourront pas augmenter plus que les coûts. L’initiative «Pour un Parlement indépendant des caisses-maladie

» vise à réduire l’influence des caisses-maladie sur les élu-e-s à Berne.

L’avantage principal: le Parlement pourra retrouver son indépendance et proposer des réformes nécessaires pour le système de santé et, au final, en faveur de la population suisse.

Au vu de ce qui précède, je ne puis que vous inviter à signer et faire signer. Une soirée publique se tiendra le 29 novembre prochain à l’Hôtel de Ville du Sentier à 19h30 en présence du Conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard.

Nicolas Rochat Fernandez, député

Ajouter un commentaire