Une pétition anti-éoliennes remise à la commune

Ils étaient une quinzaine ce vendredi 13 novembre à se retrouver devant l’hôtel de ville pour remettre officiellement la pétition «Sauvons les Grands-Plats» à la commune du Chenit. Dirigée par Pierre-Alain Dufour, l’association «Eoliennes, vraiment?», a recueilli 1608 signatures pour protester contre le projet Eoljoux.

Le projet de parc éolien aux Grands-Plats déchaîne les passions des Combiers et des habitants de la France voisine. Un projet de 7 machines de plus de 200 mètres de hauteur (les plus grandes d’Europe) dans un parc naturel classé à l’Inventaire Fédéral des Paysages, protégé mais pas «intouchable» est sérieusement remis en question par les membres de l’association «Eoliennes, vraiment?». Un paysage défiguré «du Pont jusqu’aux Rousses», des nuisances sonores, sanitaires et visuelles, des habitations à moins de 800 mètres des éoliennes, un «no man’s land» de 150 mètres en été et de 300 mètres en hiver autour de chaque tour, de gros manques dans les études d’impact qui ont été faites en amont portant sur les sources d’eau, les vibrations sur un sol calcaire, les pollutions engendrées par les 8’000 camions prévus pour le creusage et la construction du projet, sans parler de l’impact sur la faune et la flore des surfaces forestières, des pâturages et une effet stroboscopique désastreux au lever du soleil pour nos amis français, qui ont eux-mêmes remis leur propre pétition de leur côté, les arguments contre ce projet ne manquent pas. «Oui on doit sortir du nucléaire, mais pas en faisant n’importe quoi» selon Pierre-Alain Dufour, les quelque 70 millions d’investissement pour une énergie intempestive, aléatoire et surtout remise en question par d’autres pays européens qui ont une longue expérience avec les éoliennes (notamment l’Allemagne qui nous a vendu «pratiquement donné» cette électricité en juin dernier tellement ils ont eu de vent pour ne plus rien avoir en août) ne valent pas toutes les nuisances engendrées par le projet. «Mieux vaut prévenir que guérir». Il rappelle la pollution d’un chalet d’alpage sur le même terrain il y a quelques années et estime que ce sera mille fois pire rien qu’avec les travaux de terrassement, d’aplanissement, de constructions de route, de chemins, de fouille, et ceci pendant deux ans au moins. C’est la vocation même d’une zone protégée qui est remise en question.

La pétition a été reçue en mains propres par le secrétaire municipal Marc-André Burdet qui a remis l’accusé de réception et indique qu’il transmettra au bureau du Conseil communal et que ce sera traité pour la séance du 23 novembre.

Pierre-Alain Dufour précise qu’une copie du dossier a également été envoyée au Grand Conseil. L’association organisera une manifestation silencieuse le 23 novembre à 18h30 devant l’Hôtel de ville du Sentier, une assemblée extraordinaire du Conseil Communal du Chenit aura lieu ce soir-là où les conseillers communaux seront appelés à se prononcer sur la levée des oppositions au Plan partiel d’affection et l’acceptation du préavis municipal du projet Eoljoux. Nul doute que la soirée sera animée.

Carmen Mora

Pierre-Alain Dufour portant la pétition, entouré de membres de l’association «Eoliennes, vraiment?» devant l’Hôtel de ville

Remise officielle de la pétition comportant 1608 signatures aux mains de Marc-André Burdet, secrétaire municipal

2 commentaires sur “Une pétition anti-éoliennes remise à la commune”

  1. Philippe Berney dit :

    Du bon boulot, bravo à Pierre-Alain.

    Mais la lutte continue ainsi que la collecte de signatures. Il est toujours temps de vous informer vraiment et de changer de position. Un jour viendra ou l’on se demandera comment on a pu défendre un tel projet. Courage on les aura, la lutte sera longue, prépareront la relève. Ph.B

  2. Blaise Matile dit :

    Je soutiens cette action contre les éoliennes!
    En effet, notre paysage n’appartient pas à quelques promoteurs qui veulent se lancer dans un projet complètement aberrant, non rentable car trop coûteux par rapport au rendement, nuisible au tourisme, polluant et destructeur de biotopes!