Malgré la morosité, la SIC lance un ambitieux projet médias

Présentation du projet «Vallée de Joux 360°»

L’AG de la faîtière économique combière avait lieu en retard du printemps. L’occasion de présenter un projet de promotion commerciale regroupant les médias locaux et porté par le nouveau Centre de Compétences Médias (CCM). L’on a également parlé mesures sanitaires. La convivialité et la solidarité étaient au rendez-vous.

«2019, c’est déjà loin!» Ainsi fut introduite l’Assemblée de la Société Industrielle et Commerciale de la Vallée de Joux par son président Bill Muirhead, le 17 septembre à l’Hôtel de Ville du Sentier, avec la présence de 35 membres.

D’entendre parler de redressement horloger et d’investissements conséquents a pu faire sourire certains, voire rire jaune; c’était 2019. Là où les assemblées statutaires d’autres organismes ont été maintenues ce printemps par visioconférence ou par écrit, celle de la SIC a été décalée à la fin de l’été pour permettre aux membres de se voir physiquement et même de prendre un apéro Covid-compatible. Et sa présidence a repensé son programme.

Nouvel outil de communication présenté

Bill Muirhead a profité de revenir sur un message qu’il apporte depuis un certain temps: la crainte de ce qu’il appelle la «monoculture industrielle locale», à savoir l’horlogerie, pour lui une situation de danger qui pourrait se révéler plus fortement cet hiver déjà. Et d’introduire ainsi la présentation d’un outil de promotion du savoir-faire local.

«Vallée de Joux 360°» est un projet digital transversal, incluant les
médias traditionnels et les nouveaux outils en ligne, visant à promouvoir la région, ses commerces, entreprises et industries localement et en Suisse. Il s’agit d’une version plus évoluée d’un concept déjà présenté une année plus tôt aux membres de la SIC mais qui a en quelque sorte bénéficié des expériences du printemps, en plein confinement, quand les médias locaux ont développé une synergie beaucoup plus forte.

Mutualisation des forces

La nouveauté de ce projet «Vallée de Joux 360°», par rapport aux moutures précédentes, est de mutualiser les forces déjà existantes et de les élargir; l’on se base sur l’existant, sur les médias traditionnels, télévisions et papier en y adjoignant toutes les nouvelles technologies. «Pour marcher, la promotion commerciale de vos produits doit être intégrée dans un contenu éditorial, c’est-à-dire de l’information», expliquait notamment Thierry Bovay, directeur de ValTV et depuis peu, de La Télé également. En somme, ce que votre FAVJ fait depuis
toujours. A la question d’une commerçante demandant ce que cette offre leur coûterait, Arjen Meijer, un des promoteurs du nouveau projet, répondait que le référencement et la promotion seraient gratuits grâce aux partenaires (notamment Audemars Piguet et la Fondation Paul-Edouard Piguet), mais pas les offres supplémentaires de formation à la communication commerciale et de réalisation de vidéos promotionnelles.

La quarantaine, pour qui?

Place à l’invité-conférencier, le Dr Surennaïdoo Naiken. «Notre souci est passé du confinement collectif aux quarantaines actuelles» expliquait d’emblée le directeur médical du Pôle Santé Vallée de Joux. A noter que les nouvelles mesures restrictives dans le canton de Vaud venaient d’entrer en vigueur trois heures plus tôt seulement. Et le Dr Naiken de préciser que lesdites quarantaines (de dix jours) étaient uniquement pour les personnes vivant sous le même toit qu’une personne COVID positif ou ayant eu avec elle une relation intime. D’avoir travaillé dans le même lieu qu’une personne malade n’occasionne donc pas une obligation de se mettre en quarantaine ou de fermer un atelier, quand on n’a pas soi-même de symptômes (affection aiguë des voies respiratoires et/ou fièvre, perte de goût ou de l’odorat). L’assistance n’a pas manqué de questionner le chirurgien à ce sujet. Les PME qui constituent notre tissu économique sont en effet vite paralysées par la quarantaine d’un collaborateur, qui peut en occasionner d’autres, ne serait-ce que par précaution.

Dix cas positifs à La Vallée

Autres nouvelles, l’hôpital du Sentier est désormais en mesure d’effectuer cinquante tests (PCR) par jour et de livrer les résultats sous vingt-quatre heures. Le dépistage est au cœur de la réponse actuelle au virus et doit permettre de casser sa chaîne de transmission. Interrogé sur la prévalence actuelle en la Haute Combe, le Dr Surennaïdoo Naiken répond: «Nous avons une dizaine de cas positifs, lesquels sont en quarantaine. Le profil est plutôt jeune et il ne s’agit pas d’une transmission communautaire (intra-Vallée, s’entend). » «On en apprend tous les jours à propos de ce virus», conclut encore le directeur médical du PSVJ. «L’Etat nous a demandé de mettre en place un dispositif pour une année à une année et demie.»

Axes de travail à long terme

Pour revenir à la SIC elle-même, celle-ci a accueilli huit nouvelles admissions et enregistré six démissions. Les axes de travail pour l’avenir restent les mêmes, à savoir des efforts à long terme: la mobilité régionale et transfrontalière, la formation duale, la sécurité et les conditions-cadres pour l’économie locale notamment.